Publié le 20 mars 2023 à 17h00 – Temps de Lecture 8 min.

La mode a toujours été le reflet de la société et de ses valeurs. Elle a joué un rôle central dans le mouvement féministe, les femmes utilisant la mode comme un outil d’expression personnelle et de changement social. Au fil des ans, la mode a évolué, tout comme le mouvement féministe.

Du “power dressing” emblématique des années 1980 aux campagnes “body-positive” de ces dernières années, l’évolution du féminisme dans la mode a été un voyage fascinant. Dans cet article, nous allons explorer les différentes façons dont la mode a été utilisée comme outil d’expression féministe, et comment elle continue d’évoluer à ce jour.

photo shoot pkpk t-shirt femme

L’ère du “Power Dressing” des années 1980

Les années 1980 ont été une décennie d’excès, et la mode n’a pas fait exception. La mode féminine était dominée par le concept du “power dressing” – des tailleurs pointus et des épaules fortes, conçus pour transmettre un sentiment d’autorité et d’assurance. C’était l’époque où les femmes faisaient leur entrée dans des secteurs dominés par les hommes et devaient s’habiller en conséquence. Le “power suit” est devenu un symbole de l’émancipation féminine, les femmes utilisant la mode pour défier les normes de genre et affirmer leur autorité sur le lieu de travail.

Mais il ne s’agit pas seulement de vêtements. Le tailleur de luxe était souvent accompagné d’un maquillage audacieux et de grands cheveux, créant ainsi un look à la fois féroce et féminin. À cette époque, les femmes affirmaient leur droit à être prises au sérieux sur le lieu de travail, mais elles embrassaient également leur féminité et utilisaient la mode comme moyen d’expression.

Malgré les critiques selon lesquelles le tailleur de luxe n’était qu’un moyen pour les femmes de se conformer aux normes masculines, il était un symbole de progrès dans le mouvement féministe. Le tailleur de force était une déclaration selon laquelle les femmes étaient arrivées et prenaient leur place à la table des négociations.

L’essor de la mode androgyne dans les années 1990

Dans les années 1990, les femmes se sont éloignées du “power dressing” des années 1980 et ont commencé à adopter un style plus androgyne. C’est l’époque du grunge, où les femmes portent des chemises en flanelle surdimensionnées et des jeans larges, souvent associés à des bottes de combat. Il s’agit d’un rejet des styles hyperféminins du passé, les femmes adoptant un look plus décontracté et décontracté.

La mode androgyne était également une déclaration de rébellion, les femmes rejetant les rôles traditionnels des hommes et des femmes et embrassant leur propre individualité. C’était une époque où les femmes s’opposaient aux attentes de la société et utilisaient la mode comme un moyen d’exprimer leur indépendance.

Cependant, la mode androgyne n’était pas exempte de critiques. Certains y ont vu un rejet de la féminité et un recul du mouvement féministe. Mais pour de nombreuses femmes, la mode androgyne était un moyen de s’affranchir des contraintes liées aux rôles traditionnels des hommes et des femmes et d’adopter leur propre style.

L’émergence du “girl power” et de la “troisième vague” du féminisme dans les années 2000

Le tournant du millénaire a été marqué par l’émergence du “girl power” et d’une nouvelle vague de féminisme. C’est l’époque où les femmes se réapproprient leur sexualité et utilisent la mode comme moyen d’exprimer leur confiance et leur indépendance. Les jeans taille basse, les crop tops et les chaussures à semelles compensées sont autant d’éléments qui font de cette époque une période où la mode se veut audacieuse et sans complexe.

Cette époque a également vu l’émergence de la “troisième vague” de féminisme, qui s’est concentrée sur les questions d’intersectionnalité et d’inclusion. Les femmes de couleur, les femmes LGBTQ+ et les femmes handicapées n’étaient plus exclues de la conversation. La mode a commencé à refléter cette évolution vers l’inclusivité, les marques créant des styles qui célèbrent la diversité et l’individualité.

Toutefois, cette ère du féminisme n’a pas été exempte de controverses. Certains considèrent que l’accent mis sur l’individualisme s’éloigne de l’action collective et de la lutte pour un changement systémique. D’autres ont critiqué la commercialisation du mouvement féministe, les marques utilisant le féminisme comme un outil de marketing.

L’impact des médias sociaux sur le mouvement de positivité corporelle

Avec l’essor des médias sociaux, le mouvement féministe a pris une nouvelle dimension. La positivité du corps est devenue une question centrale, les femmes utilisant les plateformes de médias sociaux pour remettre en question les normes de beauté traditionnelles et célébrer leur corps dans toute sa diversité. Cela a conduit à une nouvelle ère de la mode, où l’inclusion et la diversité sont la norme.

Les marques ne peuvent plus ignorer les demandes des consommateurs pour une mode plus inclusive. Elles sont tenues responsables de leur manque de diversité et sont obligées de créer des styles qui reflètent les vraies femmes qui portent leurs vêtements. C’est ainsi qu’est née une nouvelle ère de campagnes body-positive, où les femmes de toutes formes, tailles et origines sont célébrées.

Toutefois, les médias sociaux ont également engendré une nouvelle forme de pression sur les femmes pour qu’elles se conforment à certaines normes de beauté. L’essor des influenceurs a créé un nouveau type d’idéal de beauté, les femmes se sentant obligées de présenter une image parfaite sur les médias sociaux. Cette situation a donné lieu à des critiques selon lesquelles les médias sociaux ont en fait aggravé la situation des femmes au lieu de l’améliorer.

L’importance de l’intersectionnalité dans la mode et le féminisme

L’intersectionnalité est une question centrale dans le mouvement féministe, et elle est tout aussi importante dans l’industrie de la mode. Les femmes de couleur, les femmes LGBTQ+ et les femmes handicapées ont souvent été exclues de la conversation, et cela doit changer.

Les marques doivent créer des styles qui s’adressent à toutes les femmes, quelles que soient leurs origines ou leur identité. Cela signifie qu’elles doivent créer des modèles disponibles dans un large éventail de tailles et conçus en tenant compte des différentes morphologies. Elles doivent également être transparentes sur leur chaîne d’approvisionnement et veiller à ce que leurs processus de fabrication soient éthiques et durables.

Comment soutenir les marques féministes et les mouvements de mode

Soutenir les marques féministes et les mouvements de mode est un moyen important de faire la différence. Il s’agit de soutenir les marques qui s’engagent en faveur de la diversité et de l’inclusion, et qui sont transparentes quant à leur impact sur l’environnement. Il s’agit également d’être attentif aux messages que la mode envoie et d’être conscient de l’impact qu’elle a sur notre société.

L’une des façons de soutenir les marques féministes est de faire des recherches. Recherchez des marques qui s’engagent en faveur de la durabilité et de la mode éthique, et qui célèbrent la diversité et l’inclusion. Vous pouvez également soutenir les créateurs indépendants et les petites entreprises qui s’engagent à créer des styles qui s’adressent à toutes les femmes.

Pile de T-shirts Miss PKPK POURQUOI ? PARCEQUE ! T-shirt en coton

Conclusion

La mode a toujours été un puissant outil d’expression personnelle et de changement social. Du “power dressing” des années 1980 aux campagnes “body-positive” de ces dernières années, l’évolution du féminisme dans la mode a été un voyage fascinant. Pour l’avenir, il est clair que la mode continuera à jouer un rôle dans le mouvement féministe. Les marques devront continuer à évoluer et à créer des styles qui célèbrent la diversité et l’inclusion, et les consommateurs continueront à exiger des comptes et des responsabilités. En soutenant les marques féministes et les mouvements de mode, nous pouvons tous contribuer à créer une industrie de la mode plus inclusive et plus durable.